Lorsque l’Argentine joue un match de Coupe du monde, c’est tout un pays qui tremble, pour le meilleur et pour le pire. Comme le sélectionneur Lionel Scaloni semble le craindre, les supporters de l’Albiceleste soutiennent leur sélection plus que de raison, ce qui pourrait provoquer des accidents cardiaques.

"Cette pression démesurée, les joueurs la ressentent forcément sur la pelouse. La vie continue, le soleil se lèvera qu’on gagne ou qu’on perde"

"Il ne faut pas perdre la raison, avait-il déclaré après le match contre le Mexique (2-0) au cours duquel son adjoint a été aperçu très ému au moment du but de Messi libérant un pays et évitant son élimination dès le premier tour. Il y a dans l’air le sentiment que notre vie est en jeu et qu’on joue plus qu’un match de football! J’ai reçu un message de mon frère, il pleurait en plein match et était parti prendre l’air à la campagne, ce n’est pas possible… ça ne me plaît pas. (…) Cette pression démesurée, les joueurs la ressentent forcément sur la pelouse. La vie continue, le soleil se lèvera qu’on gagne ou qu’on perde, et le plus important est d’avoir la conviction que l’on a tout donné." Plusieurs professionnels de santé en Argentine confirment que cette passion peut se montrer dangereuse. C’est le cas de Liliana Aldao, sous directrice d’un hôpital de Buenos Aires et interrogée par France Info, qui confirme que le stress d’un match est comparable à celui d’une guerre ou d’un séisme. "La ferveur est contagieuse, quand on est dans un stade surtout, mais aussi quand on se retrouve avec des amis, on génère une libération hormonale qui provoque des incidents cardio-vasculaires comme des infarctus ou des arythmies, qui sont les plus fréquentes", décrypte-t-elle.

"Le taux de cardiaques augmente" en période de Coupe du monde

Marcelo Salas, cardiologue, confirme ces propos, dans une déclaration relayée par le média local ViaPais. "Des émotions telles que l'anxiété, la nervosité et la colère peuvent être un 'cocktail' pour souffrir d'un problème cardiaque", explique-t-il, ajoutant que "plusieurs études" ont été menées sur les risques de la Coupe du monde. "En Allemagne en 2006, cela a été fait, au Brésil en 2010 aussi. Ce sont des années où le taux de crises cardiaques augmente". Il prévient aussi que la nourriture, l’alcool, le tabac, la chaleur et les antécédents peuvent faire augmenter ce risque d’attaque cardiaque pendant un match, qui "élève la tension artérielle et augmente le rythme cardiaque", passant de 90 à 150 pulsations par minute après un but.


Ajouter un commentaire

Security code Actualiser

à la une

février 01,2023

        ALGER - Les joueurs de l'équipe sénégalaise A' de football,...

février 01,2023

La Fédération algérienne de football (FAF) par le biais de la Direction technique nationale...

février 01,2023

Faouzi Ghoulam reprend du service. L’international algérien vient de s’engager avec Angers...

février 01,2023

L’international algérien Youcef Belaili a tapé dans l’œil d’un grand coach français à...

février 01,2023

Six petits mois et puis s'en va ! Arrivé l'été dernier en provenance du Sporting...

Journal en PDF

Archives PDF

Publicité