Parlez nous d'abord un peu de votre parcours sportif avant de vous lancer dans le monde de l'analyse de la performance ? u Tout d'abord je tenais à vous remercier d'avoir pensé à moi pour mettre en valeur ce rôle d'analyste qui est peu médiatisé et donc très peu connu du grand public. Pour répondre à votre question, je n'ai pas le parcours d'un sportif professionnel mais plutôt celui d'un universitaire. J'ai cependant été gardien de but au niveau régional en France ainsi qu'au sein d' équipes universitaires jusqu'à l'âge de 21 ans avant d'abandonner à cause des études. Bien sûr, ce n'est pas comparable à une carrière professionnelle mais cela m'a permis de baigner dans le football depuis mon jeune âge. Comment devient-on analyste de la performance ? A part bien connaître le football, il faut sans doute avoir d'autres compétences très spécifiques. Je vois, que vous, par exemple, vous avez fait des études d'ingénieur… u Avant de commencer et pour bien comprendre la suite, je voudrais apporter une précision :je distingue deux rôles dans ce métier d'analyste, qui sont pour moi liés mais très différents. Celui d'analyste vidéo et celui de «performance analyst». Le premier consiste en l'analyse tactique des matchs et le second en l'analyse et le suivi des données statistiques (quelles soient techniques ou physiques). Étant des domaines relativement nouveaux dans le football, il n'existait pas vraiment à mon époque de parcours universitaires spécifiques à ces métiers. Il y avait quelques formations ponctuelles qui permettaient d'acquérir la maitrise des outils technologiques dans le domaine du sport, mais pas de véritables formations. Par contre, je pense que cette filière va se développer dans les années à venir et que ce métier va devenir aussi important que celui de préparateur physique, comme cela commence à l'être depuis quelques années en Angleterre. Pour ma part, j'ai eu un parcours plutôt scientifique avec une licence en mathématiques puis un diplôme d'ingénieur en recherche et développement. Ce qui me permet d'être à l'aise dans l'analyse statistique. D'autres deviennent analyste à partir d'un cursus dans le domaine informatique ou tout simplement à partir d'une formation dans le sport telle que STAPS. Aujourd'hui il n'existe pas de règles par rapport à ce métier mais je pense que pour être un bon analyste il faut maitriser ces trois domaines (informatique, statistiques et sportif) et c'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai fini par passer un diplôme de préparateur physique, non pas parce que je veux le devenir, mais plutôt pour m'aider dans mon approche en tant qu'analyste. La maîtrise de l'outil digital doit être totale ? u Complètement ; Que ce soit dans l'analyse vidéo avec la maitrise des logiciels d'analyse, de montages vidéo et d'animations, ou dans l'analyse des performances avec les outils technologiques tels que les GPS, cardio-fréquencemètre, logiciels statistiques… Mais le plus important n'est pas juste savoir les utiliser, mais surtout de savoir les exploiter. Vous pouvez faire des milliers de choses avec ces outils, seulement il vous faut savoir exactement quoi faire avec, quelles données aller chercher et pourquoi, et c'est là que l'expérience entre en jeu pour ne pas s'y perdre. Avec le temps, beaucoup de choses paraissent superflues et on apprend à aller vers l'essentiel. Avoir été joueur de haut niveau ou entraîneur est-il indispensable pour exercer dans ce domaine ? u Indispensable, non. Bien au contraire, il faut une complémentarité dans un staff .Pour moi, un ancien joueur professionnel dans un staff doit essentiellement apporter son expérience dans la gestion et la préparation des matchs, choses que l'universitaire peut difficilement faire, tout comme l'ancien joueur peut difficilement faire ce que sait faire l'universitaire .C'est tout à fait normal. Concernant les connaissances dans le domaine tactique, non plus. Le football évolue à grande vitesse. Le meilleur joueur du monde des années 90 serait vite perdu s'il ne met pas à jour ses connaissances, et inversement. Un vrai passionné qui n'a jamais été professionnel peut être un excellent tacticien, et le meilleur exemple est José Mourinho. Pour progresser tactiquement, il faut bien sûr beaucoup lire et suivre des cours mais surtout regarder un maximum de matchs en cherchant à comprendre ce qu'il se passe et faire sa propre synthèse, car il y a vraiment beaucoup d'options possibles. J'ai d'ailleurs eu la chance de travailler avec deux grands tacticiens que sont Vahid Halilhodzic et Christian Gourcuff, mais qui ont des visions tactiques diamétralement opposées que ce soit dans les aspects offensifs ou défensifs.

Comments are now closed for this entry

à la une

décembre 05,2022

  Le sélectionneur national des U17, M. Arezki Remmane, a établi le programme de préparation...

décembre 05,2022

  Le staff de l'OGC Nice a dévoilé la liste des joueurs retenus pour le stage en Espagne,...

décembre 05,2022

Slimani encore une fois cible de ces propres supporters Le 25 août dernier, Islam Slimani signait...

décembre 05,2022

Benrahma « sauvé » par son ex-entraîneur à Brentford Les Hammers sont au plus bas cette...